Partagez|

Once upon a dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageOnce upon a dream. Mar 22 Juil - 12:06


avatar



∂6 Conte : Hercules
Rubis : 45



Voir le profil de l'utilisateur http://ouatrpg.forumactif.org/f71-llariarith-eda





Liste des Participants : 1° Llariarith / 2° Aurore
   Nbr de participants supplémentaires ? : 0
   
Contexte (date/ambiance) du sujet :Une ancienne esclave rencontre une princesse. Cela se passe une ou deux semaines après le retour.

   Période de la journée : matin
   Météo : Beau temps malgré quelques nuages
   " Once upon a dream.  "
©️OnceUponATime Do not Copy.

   




Rencontre salvatrice
N

ous avancions, sans savoir vers où, vers quoi.  Soyons franches nous étions totalement perdues. Mettez-vous à notre place deux secondes, nous étions 10 personnes différentes, Hadès nous avait réunies en un seul corps et avant que nous ayons pu réellement nous y habituer, nous y adapter, nous avions été réduites au silence et envoyées dans un monde où magie et mythologie n'étaient que des mots. Nous ne gardons pas un grand souvenir de ce lieu triste et sans intérêt, mais il y a peu nous avons atterri au cœur d'une forêt, non loin d'Hadès et d'un monstre effrayant.

Nous avons fui, courant à en perdre haleine, et courant encore et encore bien après que la douleur soit devenue le centre de notre existence, bien après que nos poumons ne brulent sous l'effort. Nous ne nous sommes arrêtées qu'à la tombée de la nuit, ignorant tout de l'endroit où nous étions arrivées et depuis nous marchons, un peu au hasard. Nous avons rencontré quelques villages que nous avons généralement évité, nous avons survécu en mangeant des baies et quelques oeufs mais nous sommes affamées.

Llariarithse rappelle son passé d'esclave et la proximité des gens la paralyse assez vite, mais nous, les muses, nous savons que nous devons nous rapprocher des villages si nous voulons survivre. C'est donc bien malgré nous et à contre-cœur que nous avons forcée Llariarithà se cacher et que Terpsichore, discrète et aimable muse de la danse, la plus neutre d'entre nous, la plus susceptible d'être tolérée, a pris le dessus. C'est désormais elle qui nous guide, bien triste de ne pouvoir danser vu la faiblesse de notre corps.

Nous faisons peine à voir, efflanqué et couvert de griffures de ronces notre corps n'est guère en état de marcher, encore moins de danser. Fort heureusement un village est proche, nous espérons y trouver un refuge, les nuits à la belle étoile ont dessiné des cernes sous nos yeux ambrés, et, surtout,  de la nourriture. Même si nous n'avons pas de quoi payer nous savons travailler...Enfin, Llariarith sait travailler, passé d'esclave oblige. Et puis nous avons vécu en un temps où les gens savaient être gnéreux, ce monde, ce temps ne peut être si différent ? La pensée de la générosité d'autrui fait bondir Llariarith, esclave maltraitée et battue elle n'a pas vu du monde ce que nous, muses, en avons vu. Nos visions se complètent car nous n'en avons vu que la beauté et la force, même si nous avons vu la guerre nous avons vu le courage des guerriers et leur don de soi. Elle n'en a vu que le pire, la misère, la douleur, le sadisme de ceux qui possèdent des esclaves. Ni elle ni nous n'avons vu le vrai monde, mais qui peut prétendre l'avoir vu ? Qui peut prétendre vraiment le connaitre ? Nous lier avec cette jeune esclave nous a ouvert les yeux sur la réalité que nos chants ne transmettait pas. Se retrouvée liée à nous a permis à Llariarith de découvrir à travers nos pensées la beauté d'un monde qu'elle détestait.

Nous avançons donc vers le village sans remarquer qu'un carrosse trône sur la route, il semblerait que la princesse soit de passage, espérons qu'elle soit généreuse et non du genre à apprécier l'esclavage. Même si nous avions remarqué ce détail nous n'aurions pu nous permettre de fuir, ce village doit être notre salut, ou nous mourrons sur la route nous menant au suivant. Telle est la réalité que nous devons affronter actuellement.


code by Mandy

HJ: bon ce n'est pas évident pour un premier RP sur le forum puisque mon personnage souffre donc d'un dédoublement de personnalité Wink tu peux en savoir un peu plus sur elle dans sa partie suivi, cela devrait clarifier les choses.





En savoir plus sur moi ?
   

survolez l'image
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Once upon a dream. Mar 22 Juil - 18:50


Invité
avatar















Once Upon A Dream

Llariarith ~ Aurore


La princesse Aurore souhaitait se balader à travers le village et, évidemment, on ne l'avait pas laissé sortir seule, elle était donc accompagnée de deux dames ou plutôt demoiselles de compagnie et de deux gardes du palais. Même si la jeune fille savait que c'était pour sa sécurité, qui avait été amplement renforcée depuis toute cette histoire de malédiction en tout genre, cela l'exaspérait au plus au point, elle avait tout de même 16 ans maintenant, ce n'était plus une enfant, surtout que tous les villageois sont inoffensifs. Quoi qu'il en soit, elle promena son regard sur les étalages très colorés des marchands, cela la fascinait sans qu'elle sache pourquoi. Tous ses bruits, ses odeurs, ces villageois et marchands qui couraient en tout sens faisaient briller dans ses yeux une lueur d'amusement et d'émerveillement, la princesse songea que c'était un des meilleurs divertissements qu'elle connaisse, cela la changeait de son train-train quotidien (si avoir une vie de princesse était considérée comme tel).

Soudain le regard de la jeune blonde fut attiré par une personne se promenant parmi les étalages constituant le marché, elle ne put savoir pourquoi mais cette jeune fille paraissait ... perdue, tout à coups, Aurore décida d'aller à sa rencontre. Elle accéléra le pas (faisant ainsi presque courir son escorte pour la rattraper) et arriva devant l'inconnue et lui dit :


▬ Bonjour, je suis la princesse Aurore, vous me sembler perdue, Est-ce bien le cas? Si oui, mon escorte et moi pourrions peut-être vous aider. Vous n'êtes point du village si je ne m'abuse?

Ses paroles parurent amicales et poli a la foi à l'adolescente, elle espérait ne pas avoir effrayées la jeune personne. En attendant une réponse de sa part, Aurore entrepris d'examiner plus précisément la jeune fille, elle paraissait, fatiguée, exténuée même, affamée et, comment décrire cela? Mal en point? Oui, mal en point car la fille avait quelques hématomes et griffures. Etrange, très étrange... Mais cela ne repoussa pas le moins du monde la princesse, au contraire, cela la poussa a en savoir plus sur la nouvelle venue au village, c'était très intrigant. Aurore mourrait d'envie d'en connaitre un peu plus sur cette fille, mais il ne fallait en aucun as l'importuner ou lui faire peur ce qui la ferrait partir en courant.

La blondinette plongea au plus profond de sa mémoire pour essayer de reconnaitre la jeune femme, mais rien ne lui revint, cela devait être son premier passage au village. Quand ses réflexion furent finies, elle se rendit compte que tous les passant c'était tu et avait cessé leurs activités. Cela n'étonna pas la princesse, du moins, pas tout de suite, car il est vrai que quand elle arrivait en ville elle était le centre d'attraction, mais la, ce fut différents, le peuple devait se demander pourquoi la souveraine s'adressait a une parfaite inconnue.  


© pepsy


Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Once upon a dream. Mer 23 Juil - 9:46


avatar



∂6 Conte : Hercules
Rubis : 45



Voir le profil de l'utilisateur http://ouatrpg.forumactif.org/f71-llariarith-eda






Rencontre salvatrice
N

ous étions arrivées au coeur d'un village animé et vivant. Des couleurs bariolaient la route et les étals rythmaient la traversée. Les poissonnières et boulangères vendaient à la criée, attirant le chaland à grands renforts de gestes et de paroles, appelant chacun par son nom. Nous étions arrivées au moment du marché, convivial et bruyant c'était un émerveillement pour nous après ces semaines dans les bois. Toutes ces couleurs, ces senteurs, ces promesses de repas gargantuesques....Si ce n'est que nous n'avions pas un sou.

Nous n'avions pas eu le temps de demander la charité qu'une jeune adolescente nous arrêtais. Terpsichore esquissa un sourire et fit une révérence gracieuse. Il n'était pas besoin d'être     Uranie, la scientifique, pour voir en cette jeune fille une princesse. Certes elle était jeune, une quinzaine d'année sans doute, à peine plus peut être, mais sa robe sans être extravagante était manifestement de bonne qualité, une escorte tentait tant bien que mal de ne pas la perdre de vue sans oser la gourmander pour son imprudence, elle avait, enfin, une grâce princière, on lui avait manifestement appris à marcher et se tenir, ce que les paysans n'enseignent pas parce qu'ils ont d'autres détails plus importants à apprendre.

Nous fîmes donc la révérence avant de répondre d'une voix chantante mais fluette :

"Je suis vraiment perdue, n'étais jamais venue

En ce noble village sis au cœur des feuillages

Très long fut mon voyage je l'affirme sans verbiage

Et me voilà fourbue, craignant d'être malvenue

Par pitié majesté oserais-je demander

De quoi me sustenter car je suis affamée"
Et oui, nous parlons en alexandrins, toutes à l'exception de     Llariarith...Un truc de Muses en fait, une habitude d'une certaine façon. Cela donne un rythme à nos paroles mais tout le monde ne le remarque pas tout de suite, cela dépend des gens. Enfin bref, nous avions faim et nous venions tout juste de nous en remettre à la générosité d'une inconnue, princesse de surcroit. Pas forcément le meilleur plan du monde, mais nous n'étions plus en état d'être difficiles.

Nous observions plus avant la jeune fille, de grands yeux pétillants de curiosité, de longs cheveux blonds comme les blés au soleil, une bouche rieuse....Peut être était-ce un bon plan finalement, on aurait pu tomber plus mal assurément, à moins de fort bien cacher son jeu cette jeune fille semblait des plus aimables. Autour de nous le silence s'était fait quand elle nous avait approchée, mais voyant que je ne semblais pas agressive quelques villageois avaient repris leur quotidien. L'escorte restait sur le qui-vive, surtout les deux gardes armés qui l'encadraient, mais mon état physique était tellement déplorable que je n'aurais sans doute pas eu la force de tuer une mouche, l'eussè-je voulu. La menace n'étant pas terrifiante ils gardaient une pose protectrice mais non agressive. Ils auraient mieux fait de venir nous soutenir car nous nous sentions proche de défaillir tant la faim se faisait sentir.
code by Mandy





En savoir plus sur moi ?
   

survolez l'image
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Once upon a dream. Mer 23 Juil - 10:57


Invité
avatar















Once Upon A Dream

Llariarith ~ Aurore


La princesse écouta le récit en alexandrin de la jeune fille, en effet, Aurore était une grande adepte de poésie et avait remarqué de détail dans l’élocution de la jeune fille. Elle remarqua aussi que tous les villageois et villageoises avait repris leurs occupations, c’était donc un bon signe.  Derrière elle, la jeune fille sentait ses deux gardes se raidir et avancer légèrement, prêt a bondir sur la nouvelle venue dès qu’ils jugeraient cela nécessaire, voilà pourquoi la princesse se retourna vers eux et leurs dit :

▬ Reculez soldats, je ne crains rien !

Puis elle reporta son regard sur la jeune visiteuse, qui avait récité un des plus joli discours que la princesse eu entendu depuis longtemps :
- "Je suis vraiment perdue, n'étais jamais venue
En ce noble village sis au cœur des feuillages
Très long fut mon voyage je l'affirme sans verbiage
Et me voilà fourbue, craignant d'être malvenue
Par pitié majesté oserais-je demander
De quoi me sustenter car je suis affamée"
La princesse fut émerveillée au plus au point, puis elle répondit :

▬ Oh, je vois que vous aimez la poésie !  J’ai décidé de vous offrir plus que de quoi sustenter, je vous offre l’hospitalité dans mon château pendant le temps qu’il vous sera nécessaire.

La jeune souveraine savait que ses gardes et ses demoiselles de compagnies allaient lui reprocher ses paroles mais elle s’en fichait comme de sa première couronne !  Sans attendre de réponse de la part de l’inconnue, elle la pris par la mains et la guida parmi les étalages, saluant au passages les marchands et en les présentant à la jeune inconnue, puis elle s’adressa a la jeune fille et lui demanda :

▬ -Il y aurait-il un met présent dans ses étalages qui vous fasse envie ? N’hésitez pas à me le dire je vous l’offrirais, il n’y a pas de soucis, je vous avouerais que je suis parfois moi-même tentée par tous ses produits mais je ne me suis jamais résolue à en faire l’acquisition.

Elle ne sut pas pourquoi, mais Aurore ressentait un brusque élan d’amitié envers la jeune femme, c’était tout aussi étrange que la jeune femme en elle-même. La blondinette expliqua ensuite à  l’adepte de poésie  qu’après avoir parcouru les étals constituant le marché, elles iraient  au château en carrosse puis à leurs arrivée, elle ferait couler un bain chaud pour la visiteuse, on lui fera venir des vêtements propres et ensuite elles visiterait le palais ensemble, voilà donc une longue et joyeuse journée qui s’annonçait. La jeune fille se demanda soudain si la jeune femme au nom inconnu se sentait à l’aise car elle n’avait pipé mots depuis qu’Aurore avait répondu à son récit digne d’un poète.  Elle décida donc de se remettre à parler :

▬ - Excuser moi chère amie, si je vous agace avec mes paroles mais ce n’est point tout les jours que des étrangers comme vous arrive au royaume et cela m’enchante !  Je peux vous le dire en toute franchise, vous avez égaillée ma journée !

La jeune princesse guetta la réaction de son invitée, espérant ne pas être trop embarrassante.


© pepsy







Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Once upon a dream. Mer 23 Juil - 16:01


avatar



∂6 Conte : Hercules
Rubis : 45



Voir le profil de l'utilisateur http://ouatrpg.forumactif.org/f71-llariarith-eda






Amitié naissante
L

a jeune princesse avait l'enthousiasme de la jeunesse, un enthousiasme que nous partagions en temps normal sans même y penser. Même aujourd'hui, alors que nous étions quelque peu sous-alimentées et exténuées, sa joie de vivre et son énergie étaient communicatives et  Thalie vint à la rescousse, prenant le pas toutes les autres. Elle souriait avec grâce aux paroles de la jeune princesse et riait aux moments appropriés, s'émerveillant comme il se doit devant les étals multicolores.

Au fond de notre psyché la jeune esclave bondissait, la gentillesse de la princesse l'effrayait peut être plus encore que sa méchanceté ne l'eut fait. Peut être à cause de l'invitation, elle craignait de nous voir enfermée. Nous étions prêtes à prendre le risque, avons-nous mentionné le fait que nous n'avions guère le choix ? Ca et...Nous sommes des Muses, habituées à la générosité et aux dons divers, nous sommes un peu naïves dans le fond peut être.

La princesse nous avait donc entrainé vers les étals colorés et parfumés, chacun montrant sa marchandise avec fierté et regardant la princesse avec gentillesse émerveillement et...un brin de...tristesse peut être dans le fond du regard ? Oui, cela ressemblait bien à cela, une once de tristesse. Pas de peur ou de colère, pas de rancoeur ou de haine. Cela calma, un peu, notre jeune hôte, elle connaissait mieux que quiconque le regard des gens effrayés, terrés, poussés à bout et mis à mal, pour l'avoir elle-même arboré des années durant. Llariarith n'avait jamais connu que l'esclavage, elle était née esclave et avait grandi ainsi, ne connaissant du monde que la maison dans laquelle elle vivait et travaillait. Elle avait un maitre dangereux et connu pour son sadisme, son jeune âge et sa beauté ne lui permirent pas d'avoir un sort plus doux, au contraire sans doute. Nous ne savons pas tout de ce qu'elle a traversé, nous ne posons pas de questions et n'allons pas fouiller sa mémoire, mais nous savons qu'elle a  peur des gens. Nous présumons que notre présence n'aide pas, la pauvre s'est crue folle au début, mais nous ne pouvons rien faire, nous l'aimons beaucoup mais nous ne pouvons partir.

La jeune princesse babillait avec grâce et sympathie et nous n'avions toujours pas répondu, ce qui la fit réfléchir, elle s'excusa de se montrer, peut être un peu pressante et     Thalie répondit avec un sourire, d'une voix  que semblait éclairer un rire joyeux :

   Délicieux tous les mets au palais affamé

Merveilleux ces parfums décuplant ma faim

Et quel bonheur non feint de découvrir mets fins

Je ne saurais choisir, faites-vous donc plaisir

Avec joie je pourrais vous accompagner

Avec vous comme alliée ils seront bonifiés

Vous pourrez assouvir tous vos anciens désirs"

Bon, parler en alexandrins ce n'est pas toujours évident pour se faire comprendre, c'est sur, mais le ton de Thalie et son sourire complice remplaçaient toutes paroles superflues, nous étions ravies d'avoir son amitié et de sa joie de vivre, et dès que nous en serions en état nous la partagerions avec plaisir.

Notre regard vagabondait d'étal en étal, tout ce qui se mangeait semblait délicieux et tout le reste magnifique, en notre état normal nous nous serions sans doute extasiées devant chaque étal avec de grandes envolées lyriques. Mais nous étions un peu trop lasses pour montrer tant d'énergie et si un festin nous tentait bien un lit nous attirait tout autant, nous qui n'avions guère osé dormir dans la forêt et avions plus d'une fois rencontré un arbre en marchant à demi endormie.

code by Mandy





En savoir plus sur moi ?
   

survolez l'image
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Once upon a dream. Ven 25 Juil - 11:30


Invité
avatar















Titre du topic

Qui ~ Aurore


La princesse Aurore sourit à la jeune femme et écouta de nouvelles paroles encore et toujours en alexandrin :
« Délicieux tous les mets au palais affamé                                                                                  
Merveilleux ces parfums décuplant ma faim                                                                                        
Et quel bonheur non feint de découvrir mets fins                                                                              
Je ne saurais choisir, faites-vous donc plaisir                                                                                        
Avec joie je pourrais vous accompagner                                                                                                  
Avec vous comme alliée ils seront bonifiés                                                                                  
Vous pourrez assouvir tous vos anciens désirs »

Soudain la jeune fille remarqua qu'elle ne connaissait pas le nom de la femme qu'elle accueillait, elle avait complètement oublié de demander ! Elle était tout ce qu'il y a de plus impoli ! Elle décida donc de réparer cette petite erreur :


▬ - Excuser moi, j'ai oublié de demander, comment vous appelez-vous ?

Attendant la réponse, Aurore remarqua qu'elle et son invité s'était arrêtées devant un étal rempli de petits pains et autres pâtisseries, elle décida donc d'acheter quelques petits pains frappés aux armoiries du royaume. Une fois son achat effectué, elle extirpa un pain du sac où il était et le tendis à la jeune poète. La jeune souveraine se rendit compte qu'elle aussi mourrait de fin, car le matin elle n'avait pas mangé grand-chose, alors elle prit elle aussi un petit pain et mordit doucement dedans et en deux ou trois bouchées il fut engloutit. La jeune souveraine se rendit compte qu'elle aussi mourrait de fin, car le matin elle n'avait pas mangé grand-chose, alors elle prit elle aussi un petit pain et mordit doucement dedans et en deux ou trois bouchées il fut engloutit.

*Ses pains sont délicieux, il faudrait que je demande à ce qu'on en achète d'autres.* pensa la jeune fille

Soudain, un garde fit remarquer à notre princesse nationale qu'il commençait à se faire tard et que l'heure du déjeuner approchait (oui les gardes sont réputés pour avoir très faim très souvent) alors la jolie blonde fourra le sachet de petits pains dans les mains d'une de ses demoiselles de compagnie, prit la main de sa jeune invitée et grimpa dans le carrosse. En chemin la blondinette expliqua à la jeune femme :

▬ - Quand nous arriverons au palais, je demanderais à ce qu'on vous fasse couler un bain chaud et ensuite nous visiterons le château a moins que vous ne vous sentiez fatiguée et que vous décidiez de vous reposer.

En attendant la réponse, elle demanda au carrosse de démarrer et elle prit  deux petits pains dans le sache prévu à cet effet, en tendit un à sa jeune invitée et garda le second pour elle. La princesse fit signe à ses demoiselles de compagnies de se servir elles aussi et leurs ordonna d'en faire racheter au prochain marché, car elle les adorait. Le carrosse allait lentement, car ce jour-là, il y avait jour de marché, ce qui ralentissait donc la circulation des carrosses. Aurore se sentis soudain fatiguée, car elle n'avait guère dormi la nuit précédente, elle avait enfaite appris que les personnages de contes de fées était revenus de Storybrooke, la jeune fille avait longuement réfléchit et s'était décidée à s'y rendre afin de retrouver ses bonnes fées et surtout ses parents. La souveraine comptait donc faire une annonce publique dans peu de temps car il se pouvait que certains villageois ne soit pas au courant de ce retour si soudain.  Une autre raison qui justifie son insomnie de la nuit dernière est que la princesse avait songé qu’il était possible que ses parents soit mort, ainsi que se fées.


© pepsy






FIN DU RP DE AURORE


Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Once upon a dream. Jeu 14 Aoû - 9:33


avatar



∂6 Conte : Hercules
Rubis : 45



Voir le profil de l'utilisateur http://ouatrpg.forumactif.org/f71-llariarith-eda






Amitié naissante
L

e carrosse était plus que bienvenu. Nous étions au delà de l'épuisement et si cela n'avait pas été aussi malpoli nous nous serions probablement endormies à peine assises. Mais cela ne se fait pas et le pain qu'Aurore nous tendit sentait délicieusement bon.

La jeune princesse semblait préoccupée et nous le notâmes dans un coin de notre esprit pour l'interroger demain et l'aider si nous le pouvions, pour l'instant la perspective d'un bain chaud et d'un lit occupait toutes nos pensées tant elle était délectable. Le gout du pain encore chaud et la sensation de douceur qu'il dégageait, son fumet attirant, tout cela aussi occupait nos pensées, nous étions plus reconnaissantes qu'un poème n'aurait su le dire, surtout que dans notre état nos poèmes n'étaient pas superbes, et nous comptions bien remercier la jeune princesse de notre mieux, dès que nous en serions en état.

Le chemin fut long mais nous n'en avions cure, nous somnolions, confortablement assises et pour la première fois depuis plus longtemps que la mémoire de Llariarith nous n'étions pas terrifiées, même elle avait accepté de se détendre et reconnu que si la jeune princesse était un monstre elle cachait vraiment excessivement bien son jeu. Nous dormions donc quasiment quand le carrosse s'arrêta et qu'on nous guida à travers un château immense pour nous montrer une chambre magnifique où quelques serviteurs affairés et souriants, ce qui rassura Llariarith, nous préparèrent un bain en nous contant les mérites de la jeune princesse. Ils semblaient l'adorer réellement et la plaindre aussi. Nous apprîmes ainsi qu'elle était orpheline et nous avons cru comprendre qu'elle avait dormi des années durant mais c'était sans doute la fatigue qui nous jouait des tours, cela n'a aucun sens.

Nous profitâmes du bain, y entrant avec un soupir de plaisir, manquant de nous noyer en nous endormant dans l'eau. L'eau était chaude, parfumée et incroyablement délassante, elle dénoua les tensions de nos épaules, apaisa les brulures de ronce sur nos jambes, et nous donna l'impression d'être comme neuves.

A peine étions nous sorties du bain, séchées et habillée avec une des tenues apportées par les servantes que le lit nous tendit les bras, Morphée nous embrassa sans attendre et nous aurions pu dormir une vie entière tant nous étions épuisées. C'était très malpoli de notre part de ne pas accorder plus d'attention à notre hôtesse mais nous rattraperions cela plus tard, à n'en pas douter.

Notre sommeil ne s'encombra pas de rêves, nous étions trop épuisées pour cela et les serviteurs venant chercher la bassine du bain et déposant un repas sur notre table de chevet ne parvinrent pas à nous réveiller. A dire vrai une hydre dans la chambre n'y serait pas parvenu non plus et Apollon lui-même n'aurait su enchanter notre sommeil de rêves tant nous avions besoin d'un repos profond et réparateur.

code by Mandy





En savoir plus sur moi ?
   

survolez l'image
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Once upon a dream.


Contenu sponsorisé











Revenir en haut Aller en bas

Once upon a dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RPG Once upon a Time :: We play games :: RPs terminés-